Wikirise

Nouvelles

Anne Hidalgo juge « faisable » sa proposition de doubler le salaire des enseignants sur le quinquennat

En déplacement, vendredi 19 novembre, aux Lilas (Seine-Saint-Denis), la candidate du Parti socialiste, Anne Hidalgo, est revenue sur sa proposition, très commentée et critiquée, de doubler le salaire des enseignants sur le quinquennat. « Il faut simplement choisir ses priorités », a-t-elle expliqué lors d’une table ronde avec des enseignants, directeurs d’école, parents d’élèves et lycéens, estimant que c’était « faisable ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Doubler » les salaires des enseignants : oui… mais comment faire ?

En difficulté depuis son entrée en campagne, la maire de Paris multiplie les rencontres et discussions avec les Français et a annoncé qu’elle présentera ses propositions en janvier. Lors de son déplacement vendredi en banlieue parisienne, consacré aux deux thèmes centraux de sa campagne, la santé et l’éducation, elle a tout de même fait savoir qu’elle souhaitait rétablir l’impôt sur la fortune et refuserait, si elle était élue, d’octroyer des aides à des entreprises privées sans aucune contrepartie. L’argent récupéré « sera dépensé en fonction de deux priorités : l’école et l’hôpital », a-t-elle ajouté.

Lire les témoignages : Article réservé à nos abonnés « Enseignant depuis vingt et un ans, je gagne 2 300 euros nets par mois »

Souhait de supprimer Parcoursup

Un peu plus tôt, devant une école primaire, Mme Hidalgo a déploré qu’avant « on avait la meilleure école du monde, on avait le meilleur système de santé du monde, et aujourd’hui ils sont abîmés ». Face aux lycéens qui l’interrogeaient sur les inégalités territoriales – « en Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France, nous avons moins de chances que les autres », lui a dit un élève –, et l’angoisse de la « sursélection », elle a rappelé son souhait de supprimer Parcoursup, qui est « là pour gérer une pénurie de places dans le supérieur ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Anne Hidalgo espère sortir du tunnel de la précampagne

Elle a aussi défendu « la possibilité pour les étudiants de tâtonner » et de pouvoir changer de voie dans leurs études. Dans la matinée, la candidate s’était rendue dans le Val-de-Marne, où elle a déploré que la santé mentale soit « la grande oubliée des questions de santé publique en France », souhaitant en faire la « grande cause » de son quinquennat.

A l’hôpital intercommunal de Créteil puis dans une Maison de l’adolescent, elle a rencontré des médecins, des psychiatres, des psychologues, des infirmiers, des éducateurs et des associations qui lui ont fait part d’un manque de lits et de personnels. « On a besoin de temps et de personnel, la psychiatrie, cela demande du temps », a martelé le professeur Christophe Recasens, responsable de l’unité autisme. « Il faut arrêter avec cette logique qui consiste à penser que l’hôpital est une entreprise privée comme une autre et à vouloir faire des économies de court terme. Il faut sortir de ces conneries-là », a répondu la candidate, disant vouloir « remettre de l’humain partout ».

Le Monde avec AFP

Cliquez pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Laisser une réponse

LE PLUS POPULAIRE

To Top