Bienvenu Invité, Gentille Connexion | S'inscrire

Attaques de la foule en colère et tentatives de noyer un journaliste couvrant les inondations de Jigawa alors que le nombre de morts s’élève à 92

Par - - [ Sécurité ]

Share this post:

Naija Police Une foule a attaqué un journaliste, Abubakar Tahir, qui couvrait les inondations dévastatrices dans le village de Ganuwar Kuka, dans la zone de gouvernement local de Hadejia, dans l’État de Jigawa. Le porte-parole du commandement de la police d’État, le DSP Lawal Shiisu, qui l’a confirmé à Channels Television le jeudi 22 septembre, a déclaré que la foule avait presque noyé le journaliste avec le journal Manhaja, tout en essayant de rapporter la dévastation des inondations dans la région. Selon le PPRO, il a fallu l’intervention de quelques bons samaritains de la région pour sauver M. Abubakar du lynchage par les jeunes en colère du village. « Nous avons reçu un rapport faisant état d’une attaque contre un journaliste dans la région de Hadejia où ils sont actuellement ravagés par une inondation dévastatrice. Une foule l’a attaqué, a détruit ses téléphones portables et a essayé de le noyer dans l’eau », a déclaré le DSP Shiisu. DSP Shiisu a toutefois déconseillé aux journalistes de tendre la main aux dirigeants traditionnels des communautés avant de commencer à travailler, en particulier dans la région de Hadejia, car ils ont l’habitude d’attaquer des journalistes dans des moments comme celui-ci. Le porte-parole de la police a déclaré qu’après avoir atteint la zone touchée par les inondations, le journaliste a présenté sa carte d’identité et a commencé une interview avec certaines des victimes, mais malheureusement, certaines personnes ont commencé à le frapper par derrière. « Alors que je me levais pour demander pourquoi ils me battaient, ils m’ont forcé la tête dans l’eau et ont essayé de me noyer et de continuer à me frapper quand quelqu’un a sorti un couteau, puis certaines personnes les ont arrêtés », a expliqué le journaliste. « Ils m’ont maintenant emmené à la maison du chef de district où il m’a donné de nouveaux vêtements à porter et a demandé à un homme à vélo de m’emmener à l’hôpital général Hadejia pour un traitement », a ajouté le porte-parole. Les habitants de la ville seraient en colère contre le gouvernement pour son inaction alors que les inondations perpétuelles continuent de faire des ravages année après année dans leurs communautés. Pendant ce temps, le nombre de morts dans les inondations généralisées dues aux pluies torrentielles dans tout l’État est passé à 92.   Selon le porte-parole de la police, le nombre de morts des inondations entre août et septembre est passé à 92.   Adam a déclaré aux journalistes que la plupart des morts avaient été tués par noyade, orages et effondrement de bâtiments. Des milliers de structures, principalement des maisons en terre, des ponts et des routes ont été détruits par les inondations, forçant de nombreuses communautés à se réinstaller dans des camps de personnes déplacées à l’intérieur de l’État.